Études, stages, jobs, volontariat international, bénévolat… autant de possibilités pour que votre enfant expérimente un séjour à l’étranger et valorise son CV.
Que ce soit en Europe ou à l’international, il y a toujours une possibilité de se former à l’étranger. Toutefois, un séjour d’études à l’étranger ne s’improvise pas ; il est indispensable d’anticiper le départ de votre enfant plusieurs mois à l’avance : choix du pays, formalités administratives propres à chaque pays, financement…

Étudier ou travailler à l'étranger : les exigences et les critères d'admission
 

Quelles sont les raisons pour partir ?

Se perfectionner dans une langue

Quelques mois, un an voire plus, quoi de mieux pour apprendre une langue que de s’immerger totalement dans le pays où elle est parlée, dans le cadre ses études, d'un séjour linguistique ou d'un emploi à l'étranger. En plus du bénéfice de l’apprentissage d’une langue, votre enfant découvre une autre culture.

Pour en savoir plus, consultez sur le site Étudier en Europe de l'Onisep .

Valoriser une expérience

Effectuer un séjour à l’étranger dans le cadre d’un séjour linguistique, d’un stage, d’un job, de volontariat ou de bénévolat permettra à votre enfant d’acquérir une expérience qui va enrichir son CV.

Dans quel cadre partir ?

Les programmes d’échanges proposés par les établissements de formation

Les grandes écoles, les universités, les lycées et les CFA (Centres de formation d'apprentis), selon la formation choisie, proposent des programmes d’échange pour effectuer un séjour d’études ou un stage à l’étranger.

En Europe 

Le programme d’échange Erasmus + permet à votre enfant d’effectuer un séjour (quelques mois, un semestre ou une année) dans un établissement partenaire européen mais aussi en Islande, Norvège, Suisse, Lichtenstein ou encore en Turquie ou en Macédoine.

La sélection s’effectue sur dossier. Sont pris en compte : le niveau de langue, la qualité du cursus et la motivation.

Les études supérieures sont  organisées et harmonisées au niveau européen : bac + 3 qui correspond à la Licence, bac + 5 qui correspond au Master et bac + 8 qui correspond au Doctorat. Cela signifie pour votre enfant que les études qu’il aura suivies dans le cadre du programme Erasmus+ seront reconnues et lui donneront droit à des crédits (ECTS*). Ces crédits sont transférables en France, d'un établissement supérieur à l'autre, et en Europe, d'un pays à l'autre.
Les BTS, les DUT, les prépas, les études d'architecture, de santé... peuvent également donner droit à des crédits.

*Le terme ECTS signifie en anglais European Credit Transfer System, et en français système européen de transfert et d’accumulation de crédits.
Ce système est adopté par les établissements du supérieur. Chaque semestre d'études validé permet d'obtenir des points. Cela facilite la mobilité des étudiants, que ce soit d'un pays à un autre ou même entre les établissements.
Si votre enfant arrête ses études en ayant validé un certain nombre de crédits, il pourra reprendre ses études quelques années après, il n’aura  pas à repasser les crédits qu’il aura déjà validés. De même, ces crédits permettent aux établissements de créer des passerelles ou des équivalences entre les formations.

Hors Europe

Les établissements d’enseignement supérieur entretiennent un vaste réseau de coopération avec des universités étrangères (Etats-Unis, Canada, Australie, Chine, Japon…).

Pour en savoir plus, renseignez-vous auprès des services des relations internationales des universités, de la maison de l’étudiant à l’université ou d’un CIO (Centre d’information et d’orientation).
Il existe aussi dans chaque région ou rectorat, un service qui pourra vous donner tous les renseignements utiles : il s'agit de la DAREIC (Délégation académique aux relations européennes et internationales et à la coopération).

Étudier ou travailler à l'étranger : étudier à l'étranger dans le cadre d'un échange entre écoles / universités
 

Volontariat et bénévolat

Avant de s’engager vers le volontariat ou le bénévolat, il faut pouvoir choisir la forme d’engagement en fonction de ses motivations, de sa personnalité et des objectifs qu'il se donne. Voici quelques pistes de dispositifs qui pourraient aider votre enfant dans son projet d’un séjour à l’étranger.

Le volontariat

Il existe différents dispositifs de volontariat en fonction du projet de votre enfant et de son engagement. Ils s'adressent à ceux qui ont envie de se sentir utile, d'apporter leur aide à une association ou un organisme d'utilité publique, d'apprendre d'une culture différente : le service volontaire européen ou le volontariat international en entreprise ou en administration. Dans le cadre du volontariat, les frais de votre enfant seront pris en charge et il peut également bénéficier d'une indemnité.
Pour en savoir plus, consultez les sites Erasmus+ ou Civiweb .

Étudier ou travailler à l'étranger : le service volontaire européen
Le bénévolat

Découvrir une autre culture en se rendant utile, c’est l’esprit du bénévolat international. Le bénévole s'implique dans des missions diverses et variées, tels que la culture, l'humanitaire, l'action sociale, l’environnement... Le bénévolat est une activité non rémunérée. Le voyage est à la charge du bénévole, cependant des aides financières peuvent être accordées.
Pour en savoir plus, consultez le site Ma voie pro Europe de l'Onisep.

Bien préparer son départ

Que ce soit un séjour individuel ou dans le cadre d’un programme d’échange entre établissements, il est indispensable de bien préparer son départ. Cela ne s’improvise pas, il faut l’anticiper plusieurs mois à l’avance.

• Quels sont les objectifs de ce séjour ?
• Le choix du pays
• Quels sont les organismes qui peuvent m’aider dans la préparation de ce séjour ?
• S’interroger sur le transport
• Quel est le mode d’hébergement ?
• Comment financer ce séjour ?
• Y a-t-il des aides ? Qu’elles sont-elles ? Puis-je en bénéficier ?
• Quelle est la protection sociale du pays ?
• Y a-t-il des vaccins à faire avant le départ ?

Autant de questions qui nécessitent des réponses avant de prendre le départ…

Étudier ou travailler à l'étranger : les bonnes questions à se poser
 

Les aides financières

Partir à l’étranger dans le cadre de programmes d’échanges permet à votre enfant de bénéficier de la gratuité des frais d’inscription de l’établissement d’accueil. Il peut aussi bénéficier des différentes aides :

• La bourse Erasmus peut être attribuée à votre enfant sous certaines conditions : il doit effectuer ses études dans un pays étranger européen, dans un établissement d’enseignement supérieur, pour une durée de 3 à 12 mois et dans le cadre d’un échange inter-établissements.
• L’aide à la mobilité internationale sur critères sociaux se présente sous la forme d'une aide complémentaire à la bourse de l’enseignement supérieur sur critères sociaux, pour les étudiants qui en sont bénéficiaires.
Cette aide est attribuée sous certaines conditions. Renseignez-vous auprès du service des relations internationales de l’établissement d’enseignement supérieur de votre enfant. Pour en savoir plus vous pouvez aussi consultez le portail numérique des démarches et des services de la vie étudiante.

Pour en savoir plus, renseignez-vous auprès des services des relations internationales des universités, de la maison de l’étudiant à l’université ou d’un CIO (Centre d’information et d’orientation).
Il existe aussi dans chaque région ou rectorat, un service qui pourra vous donner tous les renseignements utiles : il s'agit de la DAREIC (Délégation académique aux relations européennes et internationales et à la coopération).

Si votre enfant est en situation de handicap vous pouvez bénéficier d’une aide supplémentaire.

• Les aides financières locales : pour encourager la mobilité internationale des jeunes,  les collectivités territoriales peuvent attribuer des aides financières. Rapprochez-vous de votre ville, commune, département ou région.

Retrouvez, région par région, les contacts et les bourses possibles sur le site Ma voie pro Europe de l'Onisep.

La protection sociale

Si votre enfant part dans un pays de l'Union européenne, il se munira de la carte européenne d'assurance maladie (à retirer auprès de la caisse de sécurité sociale et valable deux ans). Cette carte atteste de vos droits à l'assurance maladie et vous permet, lors d'un séjour temporaire en Europe, de bénéficier de la prise en charge des soins médicalement nécessaires, sous réserve de respecter les formalités en vigueur dans le pays de séjour.

Si votre enfant part hors Union européenne, il se renseignera en amont sur la protection sociale du pays, notamment en cas de maladie et d'accident. Il faudra certainement prendre une assurance et une mutuelle complémentaire. Il est nécessaire également de vérifier si certains vaccins sont obligatoires.

 

Si votre enfant n’a pas le bac à la fin de l’année, sachez qu’il existe des solutions. Pour connaître la marche à suivre et les options qui s’offrent à lui, consultez l’onglet "Études après le bac : En cas d’échec au bac ?" .